«

»

oct 13

Né pour Apprendre

Share Button

L’une des caractéristiques de l’être humain est sa capacité à apprendre. Comment ce miracle se produit-il ?

Apprendre - EsherIl y a des causes biologiques, physiologiques, psychologiques, etc. Hélène Trocmé Fabre a conçu cette série de sept vidéos comme l’exploration de la manière dont nous apprenons, au travers du travail de plusieurs chercheurs (Boris Cyrulnik, Francisco Varela, Basarab Nicolescu etc.) dans des domaines aussi variés que la psychiatrie, les neurosciences, la physique quantique, l’ethnologie, la danse et la sculpture…

Cette série de vidéos (un peu anciennes, mais toujours d’actualité)  peut être utilisées comme support de réflexion et d’échanges pour développer aussi bien les capacités detransmission des connaissances que l’introspection de son propre fonctionnement à des fin de compréhension personnelle. Elles s’adressent aux personnes concernées par l’apprentissage et l’acquisition de compétences et de connaissances sous toutes les formes possibles (enseignants, formateurs, parents, éducateurs, psychologues, professionnels de santé et de la relation d’aide, etc.), c’est à dire, en réalité, presque tout le monde…

« Né pour découvrir » autour des travaux de Boris Cyrulnik

« Le savoir-observer est à ré-apprendre : voir, entendre, toucher, se mouvoir, exister dans notre environnement, percevoir pour s’enraciner et appartenir : l’enfant sait, l’adulte ne sait plus. Apprendre à éviter les certitudes bien ancrées, la contextualisation forcenée, la focalisation excessive qui ne voit qu’à bout portant. »

Cyrulnick y aborde entre autres les principes de filtrage dans la perception et d’influence de la culture dans ce filtrage.

« Né pour reconnaître les lois de la vie » avec Basarab Nicolescu

« Nous ne pouvons plus ignorer les lois du vivant et du contexte dans lequel la vie est apparue, en particulier la complexité, l’hétérogénéité, l’évolution, les rythmes… Nous sommes par essence les acteurs de l’alternance entre notre potentiel et son actualisation, et ce, tout au long de la vie. »

Cette séquence correspond à la deuxième étape du savoir-apprendre. Elle pose le problème de notre compréhension de la complexité et de l’hétérogénéité du monde. C’est par ignorance des lois fondamentales de la nature que se fait l’enfermement dans le couple réussite-échec.

La méthodologie proposée pour cette séquence permet de prendre conscience de l’importance d’évaluer nos représentations, nos besoins d’information et de signification, et, dans un deuxième temps, d’amorcer un changement de perspective et un élargissement de notre cadre conceptuel. Au-delà des thèmes abordés par Nicolescu (qui s’appuie sur les nouvelles données de réflexion que nous propose physique quantique) on peut trouver des liens avec les pistes qu’offre l’approche systémique et la sémantique générale (d’après A. Korsybski)

Share Button

1 Commentaire

  1. CORNU

    Juste pour actualiser les liens et les pistes … pour aller plus loin, d’un pas au moins!… D’une part pour mettre en avant une « connexion » qui n’est pas forcément dans les esprits des non spécialistes (les participants aux séminaires que j’anime par exemple) : qui dit « changement » dit « apprentissage ». Les découvertes portant sur l’apprentissage doivent donc intéresser tout acteur intéressé par le changement.
    Qui peut ne pas l’être aujourd’hui ?!
    A ce sujet Bernadette LECERF-THOMAS mérite d’être consultée. Ses ouvrages « Neurosciences et management,le pouvoir de changer » (Ed. D’organisation) ainsi que « Activer les talents avec les neurosciences » (Pearson) sont des incontournables qui étofferont cet article de Pascal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>